000_ARP3800470
Il a disputé, samedi, son 300ème match de Ligue 1 face à Bastia. L’expérimenté Cédric Barbosa sera un atout majeur de l’ETG FC en cette...
J-35-HOME-PROCHAIN-MATCH-700X360
La billetterie pour la rencontre de la 35ème journée, opposant l’ETG FC à l’AS Saint-Etienne (samedi 26 avril à 20h00) s’ouvre ce mardi 15 avril...
Nicolas Benezet ETG Bastia
Mal parti en concédant l’ouverture du score à la demi-heure de jeu, l’ETG FC s’est arraché pour renverser le score et obtenir un succès (2-1)...

Laquait : « Faire preuve de continuité »

De retour dans les buts lors du déplacement à Reims le week-end dernier, Bertrand Laquait a fait son apparition en conférence de presse ce jeudi à Maxilly. Le renouveau des Roses, la réception de Saint-Etienne, ses performances passées et à venir, les questions des journalistes étaient nombreuses. Après la victoire en Champagne, le gardien espère surtout dans la continuité dans les bons résultats.

Quel est l’état d’esprit du groupe après cette victoire de samedi dernier contre Reims ?

Cette victoire a fait énormément de bien. Ce qui nous importe maintenant, c’est de la continuité dans la gagne. Je me souviens qu’après Montpellier, on en avait pris quatre (buts) chez nous. On pensait que c’était le départ de quelque chose mais ça n’a pas été le cas. Il faut rester les pieds sur terre, chose qu’on essaye de faire, surtout avant d’affronter Saint-Etienne. Ce sera un gros match. A nous de montrer qu’on est capable de rééditer la même performance, contre un adversaire différent et peut-être meilleur.

Montrer de quoi vous êtes capable contre un adversaire du calibre de Saint-Etienne, est-ce une bonne chose ?

Je ne sais pas. On saura ça samedi à 22h00. On connait les qualités des Stéphanois, ils sont en pleine bourre. Mais on sait que toutes les séries ont une fin, on va le mettre dans un coin de notre tête. On va surtout essayer de répéter ce qu’on a fait contre Reims, il n’y a qu’à ce prix là qu’on pourra espérer quelque chose. Si on n’a pas la même mentalité, la même rigueur et la même volonté, on n’existera pas samedi.

« Quand ça ne va pas, le fautif est soit l’entraîneur, soit le gardien »

Comment expliquer les différences d’attitudes entre Sochaux et Reims ?

Difficile à dire… Peut-être qu’après Sochaux, on s’est rendu compte qu’en étant relégable, les choses continuaient à se dégrader. J’espère qu’on a touché le fond après Sochaux et qu’on est capable de rebondir sur le restant de la saison. Gagner à Reims, c’est bien, mais il faut continuer. On a retrouvé là-bas l’ETG des dernières années, où on était capable de prendre des points et de battre n’importe qui.

Comment juges-tu ta performance contre Reims, pour ton retour ?

… Content d’avoir gagné. Je suis heureux d’avoir participé à cette victoire. Mais il faut désormais en écrire d’autres dès samedi. Et ce sera difficile.

Comment as-tu vécu le fait d’être dans les 11 ? Une revanche ? Un juste retour des choses ?

Ni l’un ni l’autre. Seulement le plaisir de pouvoir continuer à jouer. J’ai essayé de regagné ma place sur le terrain, et je suis content que ça ait marché. Mais il y a d’autres échéances. A l’âge que j’ai, avec la concurrence qu’il y a, notamment un gardien international danois, je suis content de jouer encore quelques matches et surtout d’avoir la confiance de l’entraîneur. J’espère que ça durera quelques matches, mais ça ne dépendra que de moi et des performances de l’équipe, car on est un peu tributaire de celle-ci. Quand ça ne va pas, le fautif est soit l’entraîneur, soit le gardien.

Aujourd’hui, tu te sens dans la peau d’un numéro un ?

Absolument pas. Je ne me suis jamais senti numéro un et je ne me sentirai jamais numéro un.

Propos recueillis par Flo.N. – Crédit photos : Jean-Pierre Garel